Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LES NAUFRAGEURS DE SAINTONGE
  • LES NAUFRAGEURS DE SAINTONGE
  • : En mer comme dans l'air, l'amer est un point de repère. Ainsi, ce blog pourra indiquer une direction aux navigateurs perdus. Mais attention aux naufrageurs (qui ne sont pas tous des lumières) et qui agitent, sans… fard, leurs lanternes dans la nuit. Ici, aucun sujet n’est exclu a priori. On pourra parler politique, littérature, musique, sport, déconnade… mais aussi spécificités régionales — voire locales — ne surprenant personne dans ce coin de terre nommé Saintonge Maritime.
  • Contact

Annuaires

http://www.wikio.fr   
   

Recherche

Archives

Catégories

30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 08:20
On ne pense jamais à tout. Prenez Coluche... Il a dit : "Mais si on veut aller par-là, non, pas par-là, par-là, on peut toujours trouver plus cons que les supporters à ce moment là ! Y a les sportifs ! Sont plus cons que les sportifs ?" Et les journalistes sportifs, il en faisait quoi Coluche ? Il les oubliait. On voit bien qu'il ne lisait pas L'Équipe, le père Michel. Et surtout que ce journal ne publiait pas encore sur Internet.
À la suite du match France-All Blacks (magnifique le match et superbes les Blacks en blanc), on a pu lire — sur le site Internet de
L'Équipe, donc — une interview du très médiatique Sébastien Chabal. Édifiante ! Et voilà ce qu'un plumitif fait dire au joueur qui sait si bien gérer son image : "On a jamais baissé les bras mais on voit que l'on est une équipe en construction. Et l'on sait mis à douter dès qu'ils ont envoyé du jeu et qu'ils sont parvenus à faire le break." On passe sur l'absence de négation dans la première phrase ; avec Sarkozy, on a l'habitude. Et puis, on ne va pas jouer les profs en retraite appelant France Inter pour dénoncer le malheureux "speaker" qui a commis une faute de syntaxe. Mais tout de même, "Et l'on sait mis à douter", ça passe mal ! On n'est plus dans la bénigne et si commune faute d'orthographe, mais dans une incompréhension du langage. Aux marges de l'illettrisme. Vérifions plus loin : "on a cherché d'où venait les fuites", "la meilleure équipe à gagner"... Pour les fuites, arrête de chercher, coco, c'est dans l'cerveau. Pour le reste on avait remarqué.
Et Chabal n'y est pour rien. Si son interview était passée à la radio ou à la télé, on n'aurait rien eu à redire. Mais voilà, ce putain d'Internet, c'est de l'écrit, si bien que le joueur n'est plus responsable de ses propos puisque le "journaliste", qui ne les comprend pas, livre au lecteur un sens différent. Un bon sujet pour le Bac : "Faut-il se réjouir du retour de l'écrit ?" La réponse devra être agrémentée d'exemples concrets : SMS, textos, forums, échanges sur Facebook et articles de L'équipe. Quant à Coluche, on peut lui répondre sans ambiguïté que les plus cons ne sont pas toujours les sportifs. Raymond (la science) Domenech peut en témoigner.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Sport
commenter cet article

commentaires

Bernard 06/01/2010 20:51


Autant pour les crosses !
Je vois, après avoir laissé un commentaire, qu'un commentaire similaire est déposé. Désolé pour n'avoir rien apporté de nouveau.
Et comme il faut bien (sou)rire un peu je vais en laisser un autre pour ne pas être en reste.
Dictée : "Juché sur un âne, un sot long et maigre tient dans sa main gauche un seau à eau et dans sa main droite le sceau du Roy. L'âne fait un écart et [lé 3 sau tomb'].
Comment écrire [lé 3 sau tomb'] ?
La solution est : "l'étroit sot tombe"
Bon sang mais c'est bien sûr, puisqu'il est long et maigre !
J'espère en postant ce com' que le même n'est pas en train d'arriver.
B. M.


Les naufrageurs 07/01/2010 10:21


"O manque pas d'sau !" dirait le Saintongeais maritime.
Du coup, on a mis un lien vers les actualités de Saint-Jhean d'Anghélique...


Bernard 06/01/2010 20:39


Quand on est reçu à l'oral, on ne l'est pas forcément à l'écrit...
Un exemple avec la dictée "La poule" de Jules Renard.
En effet, ça commence ainsi : "Pattes jointes, elle saute du poulailler dès qu'on lui ouvre la porte..."
Admettons qu'elle ait besoin de la porte pour sortir bien qu'il y ait une sortie en hauteur (les chats avaient bien une chatière...)
Admettons que le soleil ne soit pas levé et qu'elle sorte quand même si on ouvre la porte la nuit...
J'ai malheureusement écouté mon voisin et j'ai eu zéro car il avait écrit : "Pattes jointes, elle saute du poulailler. Des cons lui ouvrent la porte..."
C'est obligé : il habite la ville et n'a jamais vu un poulailler...
Alors maintenant je fais mes fautes tout seul et ça va aussi bien.
B. M.http://angely.over-blog.com


Les naufrageurs 07/01/2010 10:13


"C’est une poule commune,
modestement parée et qui ne pond jamais d’œufs d’or..." Elles sont belles, les histoires naturelles de Jules Renard. Il est vrai qu'en matière de poules,
le renard est grand connaisseur. Celui qui a sévi dans le poulailler de la voisine peut en témoigner.


Bertrand 07/12/2009 11:55


Ouais, pas jojo, tout ça....Me fait penser au concours d'entrée dans la gendarmerie.
Dictée :
Les poulets s'étaient enfuis dès qu'on avait ouvert la porte....
Et le gendarme candidat d'écrire :
Les poulets s'était enfui, des cons avaient ouvert la porte...
Ah, quel monde !


Les naufrageurs 07/12/2009 13:41


Et après on s'étonne de les voir maltraités au marché de Brive-la-Gaillarde ! Pas les lapins, les gendarmes. Bien fait !