Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LES NAUFRAGEURS DE SAINTONGE
  • LES NAUFRAGEURS DE SAINTONGE
  • : En mer comme dans l'air, l'amer est un point de repère. Ainsi, ce blog pourra indiquer une direction aux navigateurs perdus. Mais attention aux naufrageurs (qui ne sont pas tous des lumières) et qui agitent, sans… fard, leurs lanternes dans la nuit. Ici, aucun sujet n’est exclu a priori. On pourra parler politique, littérature, musique, sport, déconnade… mais aussi spécificités régionales — voire locales — ne surprenant personne dans ce coin de terre nommé Saintonge Maritime.
  • Contact

Annuaires

http://www.wikio.fr   
   

Recherche

Archives

Catégories

14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 08:56
Royan1950.JPGLa nouvelle est tombée la semaine dernière, relayée par la presse et par une réunion publique : la ville de Royan se porte candidate au label "Art et Histoire". Elle met en avant — à juste titre — un patrimoine remarquable constitué de villas 1900 côtoyant l'architecture moderne issue de la reconstruction des années 1950. Voilà qui est nouveau en nos terres sarkozystes ! Et il faut sans doute en savoir gré à l'adjointe à la culture, Véronique Willmann, qui tente d'impulser une politique culturelle auprès d'une population majoritairement et visiblement plus sensible aux thés dansants qu'à un festival d'art contemporain... Une gageure ! En ce sens, l'attitude du député-maire, Didier Quentin, tranche avec celle de ses prédécesseurs. Des prédécesseurs du même parti que lui et qu'il a oublié de critiquer quand ils détruisaient notre patrimoine architectural.
Après les terribles et inutiles bombardements de 1945, une nouvelle ville était sortie de terre comme un champignon mi-comestible mi-vénéneux, jamais mortel, sorte de Brasilia à la française. Un Front de mer légèrement courbe (comme notre conche), rouge de plaisir, en deux parties reliées par un sublime monument de béton, le portique ; un casino municipal tout en rondeurs et en couleurs, festif ; une cathédrale-navire dont la grand-voile de béton défiait les cieux (presque) toujours bleus ; un marché parachuté au bon endroit, tout au bout d'une artère le reliant au portique en passant par la "place rouge" (notre illustration). Cette ossature de la ville avait une logique, une cohérence, elle respirait le dynamisme, le modernisme éclairé, la jeunesse.
La jeunesse ? Mais vous n'y pensez pas bande de rêveurs impénitents ! La jeunesse c'est vivant, c'est bruyant, ça rigole, ça se chamaille, ça aime la nouveauté, ça respecte la nature... ça ne vote pas plus UMP aujourd'hui que RPR hier. Et voilà pourquoi une ville jeune — un peu immature, sans doute — est devenue une grande maison de retraite. Nathalie ne marchera plus devant nous sur la "place rouge" ; le portique abattu, les deux lambeaux de front de mer partent à la dérive. Une municipalité décide alors de les maquiller ; la pimpante jeunette devient mère maquerelle ! Le casino laisse place à un vide aussi abyssal que la connerie qui a conduit à le laisser tomber en décrépitude puis à le détruire. Quant à la cathédrale, elle surnage mais fait eau de toutes parts et menace de sombrer... Le marché a survécu, accusant encore un peu plus le déséquilibre causé par l'absence du portique.
Et là, on ne parle que d'architecture. Ce ne sont pas seulement les lieux associés à la culture qui ont disparu, c'est la culture elle-même qui en disparaissant a causé l'essentiel de leur perte. Car si la fonction ne crée pas toujours l'organe, elle permet de le maintenir vivant. Si le casino avait poursuivi l'accueil des différents festivals qui l'animaient, si la ville avait su y développer (et y pérenniser) une véritable vie culturelle, il serait encore là, notre merveilleux et unique casino municipal !
La réussite de cette candidature donnerait à Royan un nouvel élan créatif et enverrait dans les poubelles de l'histoire politicienne les tristes visées des démolisseurs passés. Elle apporterait en outre à la ville de précieux subsides destinés à valoriser son patrimoine et à y développer des événements culturels forts. Dans la perspective de cette créativité réactivée, pourquoi ne pas envisager la reconstruction du portique et du casino municipal ? Allez... le casino pour commencer !

Partager cet article

Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Saintonge-Maritime
commenter cet article

commentaires

dudu 25/12/2009 19:09


je trouve trés aberrant qu'une ville comme royan à notre époque n'est pas une salle de spectacles convenable et un manque d'animation sur le front de mer pendant l' été cela ressemble à une ville
morte


Les naufrageurs 26/12/2009 09:45


Une grande maison de retraite ! Même pas une dame en rouge pour faire tomber le curé dans la cathédrale pendant la messe de minuit... Bonne année malgré tout !