Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LES NAUFRAGEURS DE SAINTONGE
  • LES NAUFRAGEURS DE SAINTONGE
  • : En mer comme dans l'air, l'amer est un point de repère. Ainsi, ce blog pourra indiquer une direction aux navigateurs perdus. Mais attention aux naufrageurs (qui ne sont pas tous des lumières) et qui agitent, sans… fard, leurs lanternes dans la nuit. Ici, aucun sujet n’est exclu a priori. On pourra parler politique, littérature, musique, sport, déconnade… mais aussi spécificités régionales — voire locales — ne surprenant personne dans ce coin de terre nommé Saintonge Maritime.
  • Contact

Annuaires

http://www.wikio.fr   
   

Recherche

Archives

Catégories

16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 19:50
Mignon Peillon, il est grognon,
Vilaine Ségolène lui fait peine.
Il faut bien dire que les lamentations du délicieux bambin dénonçant (hou, le rapporteur) sa petite copine dans les colonnes du Journal de Mickey vaut son pesant de Carambars. La méchante lui a cassé son joujou, à Mignon Peillon, celui qu'elle lui avait offert, dit-il entre deux sanglots longs des violons. C'est trop injuste des choses pareilles, ce n'est qu'une fille, après tout… qu'est-ce qu'elle vient encore foutre dans la cour des garçons pour leur curoller (c'est pas dans l'dico, mais à l'école communale de St-Georges-de-Didonne, on disait ça) toutes leurs billes ?
Maintenant, transposons l'aventure à l'âge adulte. C'est un peu dur, mais essayez d'imaginer. Vous avez invité trois ou quatre copains, que vous n'avez pas vus depuis longtemps, pour boire un coup, manger un morceau, refaire le monde et vous raconter les dernières blagues sur Sarkozy loin des regards indiscrets et des oreilles ennemies qui nous écoutent. L'ambiance est chaleureuse, décontractée ; c'est jour de fête. Vous êtes tranquilles, entre enseignants, professionnels, politiciens, syndicalistes, vous ronronnez... quand une emmerdeuse, une empêcheuse de pontifier en rond, même pas invitée, pointe son joli museau, s'assoit sans façon au bout de la table. Et soudain, les potes ne voient plus qu'elle, ils vous ont déjà oublié, elle capte toute la lumière. Vous n'y comprenez rien. Mais franchement, qui se serait souvenu de votre petite sauterie, sans elle ?
Qui aurait eu connaissance de la réunion sur l'éducation organisée par Peillon si Royal ne s'y était pas invitée ? Vous le saviez, vous, qu'une telle rencontre avait lieu ? Les médias en auraient-ils donné le compte-rendu ? Et même s'ils l'avaient fait, qui aurait écouté ? Vous ? Nous ? Certainement pas. Alors, il est un peu faux-cul le Vincent. Sans parler de François, Paul et les autres qui ne nous rajeunissent pas. Rien que des mecs au demeurant.
Et voilà le fond du problème. Cette femme dérange la gauche autant que Rama Yade la droite ! Il faut voir comme les médias se déchaînent, prêts à la curée. Il faut lire, aussi, les commentaires des lecteurs sur Internet. Le niveau zéro de la pensée ! Pour un peu, ils préféreraient les DSK, Kouchner et autres Besson ralliés au monarque. Et mignon Peillon qui voudrait aller à la soupe lui aussi...
Quand les éléphanteaux socialistes en auront fini avec leurs enfantillages, ils accorderont peut-être quelques secondes d'attention au bon peuple qui aimerait une argumentation politique débarrassée de cette misogynie viscérale et franchouillarde qui sévit jusque dans les partis de gauche. Un bon peuple qui n'apprécierait sans doute que très modérément un second mandat sarkozyste.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Bertrand 20/11/2009 09:57


Un sarviteur, quo disit Saint Piar !
- Et comben d'cops qu'tu manghes dans ton pays dau diable ?
- Six foués peur jhour !
- Six foués peur jhour, quo disit Saint Piar ? !!!? !!!

Blague à part, amis naufrageurs, le monde politique, qu'il vire à gauche, à droite au centre ou à l'écart, il vire pas bien....Il n'est que le reflet d'une normalisation de la connerie humaine...


Les naufrageurs 20/11/2009 14:17


O va pas beun, thieu, o l'est sûr, et "les sots coum' les jhauds avant point la goule feurmée" ! Tout thiellés bavous dau diâb'nous fasant zire, sensément. Mais tant
que jh'pourrons lire Goulebenéze (dans l'tex') jhe nous consol'rons in p'tit.


Bertrand Redonnet 20/11/2009 08:14


" ( ....) cette misogynie viscérale et franchouillarde qui sévit jusque dans les parties de gauche" serait mieux indiqué, il me semble...Non ? Bon, ben je peux me tromper moi aussi, hein ?
En tout cas amitiés polonaises


Les naufrageurs 20/11/2009 09:27


Oui, Bertrand, c'est beaucoup mieux comme ça. Et c'est une preuve supplémentaire de l'apport irremplaçable du féminin.
Sarviteur (comme on disait en Saintonge).