Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LES NAUFRAGEURS DE SAINTONGE
  • LES NAUFRAGEURS DE SAINTONGE
  • : En mer comme dans l'air, l'amer est un point de repère. Ainsi, ce blog pourra indiquer une direction aux navigateurs perdus. Mais attention aux naufrageurs (qui ne sont pas tous des lumières) et qui agitent, sans… fard, leurs lanternes dans la nuit. Ici, aucun sujet n’est exclu a priori. On pourra parler politique, littérature, musique, sport, déconnade… mais aussi spécificités régionales — voire locales — ne surprenant personne dans ce coin de terre nommé Saintonge Maritime.
  • Contact

Annuaires

http://www.wikio.fr   
   

Recherche

Archives

Catégories

25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 09:59

elieAvec un titre comme ça, vous seriez prêts à parier que les Naufrageurs vont (encore) bouffer du curé. Perdu ! On n'est pas comme ça... Non, mais il faut bien reconnaître que sur Internet, on a souvent de mauvaises surprises... des bonnes aussi, parfois. Comme ce petit ouvrage de 140 pages dégotté par le pur hasard de la navigation sans boussole : "Teurjhou la vèye Élie" qui regroupe des textes de Germaine Élie (née Morand), patoisante saintongeaise de 82 ans en 1972, date de parution du livre, son deuxième. Pas toujours terribles les compils, on en connaît de redoutables. Mais celle-ci est délicieuse. Des articles courts, deux à trois pages, originellement publiés par le Subiet, le "jhornau" de la SEFCO, Société d'Ethnologie et de Folklore du Centre-Ouest.
La vèye Élie ne fait pas dans la veine chansonnière ou poétique comme le maître incontesté du genre, Goulebenéze. Elle est plus dans le témoignage, elle conte sa jeunesse, elle décrit la ferme, la maison, les animaux, les gens, la foire, les paysages d'autrefois... avec une innocence, une simplicité et une fraîcheur désarmantes que vient pimenter un brin de malice. Il faut déguster lentement ces petits bonheurs. La langue est belle, la vulgarité exclue, le style direct et le contenu dénué de toute nostalgie larmoyante. Et c'est parfois d'une brûlante actualité. Après le mariage du fils du marquis de la Roche-taillée, deux paysans s'interrogent :
- Jhe me d'mande beun peurquoé i l'avant invité tout le villaghe, o y'avait des ghenses à qui i l'aviant s'ment jhamais adeursé la parole.
(...)
- Voyons, Lopold, t'es pas pu sot qu'in aut', tu sais beun qu'ol é bentout les alections et i nous avant invité peur que jhe votions teurtous peur zeux.

Enfin, la photo de couverture justifie le titre de notre article. Dans les annexes, une "note pour les érudits" se moque d'une docte étude reprochant à la vieille dame d'avoir posé avec "le dessous d'une coiffe de
grisette de Niort" plutôt qu'avec un couvre-chef authentiquement saintongeais. Accusation réfutée d'une phrase assassine  : "Parlerait-on encore de Dagobert sans sa fameuse culotte ?" Et sur l'air du bon roi, la famille de Germaine Élie peut chanter :

Ma pauv' vèye bell'mère
A mis sa calotte à l'envers.
Des savants de poids
Lui dirent - Ma foi,
Votre Vèyeté
Est mal calottée
- O s'peut, dit-ell', mais bah !
Quant' jh'arrive on creit que jh'men vas.
Lire la Vèye Élie, c'est bien ; l'écouter c'est mieux. Vous pouvez l'entendre sur le site de la SEFCO.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Charente-Maritime
commenter cet article

commentaires

Zoë 31/01/2010 15:57


Bonjour, je vous découvre grâce à La feuille charbinoise et j'en suis benaise. Je suis royannaise d'origine mais j'en suis partie depuis très longtemps. j'y reviens régulièrement. Ma foi je
viendrai vous retrouver, je vous place dans ma liste et vous recommande dans le Vent des blogs ma rubrique dominicale où je recommande les blogs que j'ai découverts.
Peut-être nous connaissons -nous, qui sait


Les naufrageurs 01/02/2010 09:22


Bonjour Zoë, et merci pour la recommandation même si nous ne sommes pas absolument certains que des naufrageurs soient des gens recommandables... Vous avez juste
oublié de laisser l'adresse de votre excellent blog, L'arbre à Palabres.
Mais nous l'avons trouvée ce qui va nous permettre de l'ajouter dès aujourd'hui, à nos liens.
Bises royannaises.