Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LES NAUFRAGEURS DE SAINTONGE
  • LES NAUFRAGEURS DE SAINTONGE
  • : En mer comme dans l'air, l'amer est un point de repère. Ainsi, ce blog pourra indiquer une direction aux navigateurs perdus. Mais attention aux naufrageurs (qui ne sont pas tous des lumières) et qui agitent, sans… fard, leurs lanternes dans la nuit. Ici, aucun sujet n’est exclu a priori. On pourra parler politique, littérature, musique, sport, déconnade… mais aussi spécificités régionales — voire locales — ne surprenant personne dans ce coin de terre nommé Saintonge Maritime.
  • Contact

Annuaires

http://www.wikio.fr   
   

Recherche

Archives

Catégories

18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 08:58
mao1Le bandeau rouge est sans équivoque, voici un polar. Il est un peu trompeur — comme bien souvent — le bandeau rouge cher à nos librairies ; mais il est néanmoins doublement justifié par son texte et surtout par sa couleur. "La danseuse de Mao" n'est pas seulement un roman policier, c'est une plongée dans un monde à la fois effrayant et passionnant, la Chine d'aujourd'hui, communiste et ultra-libérale, où le modernisme le plus échevelé côtoie le conservatisme et parfois même, le traditionalisme. En lisant ce livre, vous ne saurez rien de la condition pitoyable du paysan chinois qui crève dans les rizières, mais vous en apprendrez beaucoup sur la vie urbaine, à Shangai notamment, sur la misère du peuple de la rue et sur l'arrogance des "gros sous" qui en veulent toujours plus et qui étalent sans vergogne leur récente et nauséabonde réussite. La corruption est partout et la police aussi ce qui n'est pas loin de ressembler à un pléonasme.
Plus que de LA police, mieux vaudrait parler DES polices, tant les uns surveillent les autres comme dans toute bonne dictature qui se respecte. L'inspecteur Chen a reçu sa mission de très haut, un ministre. Et son enquête, il doit la mener discrètement, hors du service mais serré de près par d'autres flics qui n'attendent qu'un faux-pas pour employer la "manière forte". On ne nous précise jamais vraiment ce que serait cette manière forte, mais on s'en doute un peu... Chen, lui, utilise la diplomatie, à la chinoise. C'est un peu compliqué mais c'est efficace. Il faut dire que sa mission est délicate. Il doit retrouver des documents compromettants pour l'icône du régime, le président Mao que l'on n'en finit pas de trahir tout en le vénérant. On apprend ainsi que Mao, qui prônait une moralité sans faille, était un chaud lapin. À Shangai, il avait sa danseuse. Disparue ! Avait-elle transmis des documents à sa fille ? Morte ! laquelle les aurait remis à la petite fille, une beauté qui fréquente les milieux artistiques de la ville et qui, depuis peu, vit dans l'opulence. N'aurait-elle pas vendu les fameux documents flinguant l'image du grand timonier à des journalistes occidentaux avides de scandales à deux balles ? C'est en visitant, à Pékin, le tombeau de Mao que Chen comprendra à quel point l'attitude du maître de la Chine, à la fin de sa vie, était devenue impériale. Presque traditionnelle ! Il appréhendera du même coup la solution de son affaire.
Tout ceci baigne dans la culture chinoise avec de nombreuses allusions à l'Histoire, à la musique, à la peinture, à la littérature, à l'architecture... des références qui ne sont jamais pesantes, mais qui éclairent le récit. Les courts extraits des grandes oeuvres de la poésie chinoise sont savamment choisis et, le plus souvent, admirables.
La seule réticence éventuelle est peut-être une certaine difficulté, tout au début, avec les noms des personnages qui se ressemblent un peu (les noms, pas les personnages). On a parfois la même difficulté avec les romans classiques russes. Heureusement, ces personnages sont si typés, si minutieusement analysés qu'il devient impossible de s'y méprendre. Comme dans les bons films, les seconds rôles sont magnifiques. Et nombreux ! en Chine forcément... Et surtout, le rythme et le souffle imprimés par QUI Xialong est tel qu'il emporte tout jusqu'à une fin inattendue et somptueuse. "La danseuse de Mao" est un grand roman d'aujourd'hui.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Littérature
commenter cet article

commentaires