Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LES NAUFRAGEURS DE SAINTONGE
  • LES NAUFRAGEURS DE SAINTONGE
  • : En mer comme dans l'air, l'amer est un point de repère. Ainsi, ce blog pourra indiquer une direction aux navigateurs perdus. Mais attention aux naufrageurs (qui ne sont pas tous des lumières) et qui agitent, sans… fard, leurs lanternes dans la nuit. Ici, aucun sujet n’est exclu a priori. On pourra parler politique, littérature, musique, sport, déconnade… mais aussi spécificités régionales — voire locales — ne surprenant personne dans ce coin de terre nommé Saintonge Maritime.
  • Contact

Annuaires

http://www.wikio.fr   
   

Recherche

Archives

Catégories

10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 12:00
4417116333_7d20fb55b5.jpgLes politiciens de droite et les médias qu'ils engraissent croient avoir trouvé la parade à la déroute annoncée lors des élections régionales (premier tour : dimanche prochain) : une abstention importante viendrait plomber le résultat. Évidemment, ça les arrangerait bien ! Ils pourraient alors considérer le désaveu comme modéré, leur pouvoir conforté, leurs mesures anti-sociales validées. Et poursuivre la mise à sac du pays comme si rien ne s'était passé. Le pire, c'est qu'ils n'ont pas complètement tort ! En telle circonstance, ne pas voter, c'est évidemment voter UMP. C'est peut-être même pire puisque c'est un accord silencieux, une adhésion inconditionnelle, franche et massive.
Dans la foulée on nous donne quelques pistes justifiant cette abstention salvatrice tant espérée :
  • L'entité administrative régionale ne serait que difficilement admise par la population.
  • Les citoyens ignoreraient la vocation et les actions de leur Conseil régional.
  • Les élus seraient peu connus des populations.
En Poitou-Charentes — et ailleurs aussi, sans doute — il est facile de réfuter ces affirmations gratuites et malveillantes :
  • Certes l'entité Poitou-Charentes est un peu plus récente que l'entité Charente-Maritime. Mais aussi bien économiquement que politiquement, tout regroupement se fait à partir de différences complémentaires. Contester la dimension régionale, c'est exactement comme contester la dimension départementale, nationale, européenne.
  • Ici, nul ne peut prétendre ignorer les actions de l'équipe sortante. Chaque citoyen en a un jour bénéficié tant au niveau de la culture que de l'environnement, tant au niveau de l'éducation que de l'emploi, dans sa vie communale comme dans sa vie privée. Qui peut prétendre ignorer, en Poitou-Charentes, le sauvetage de l'entreprise Heuliez ? Qui oserait dire qu'il ne connaît pas les aides régionales en faveur du développement des énergies renouvelables ? Ou le pass contraception ? Hors contexte électoral, les adversaires politiques de Ségolène Royal eux-mêmes rendent hommage à un bilan exceptionnel. Ici, tout le monde le sait, les critiques recevables ne portent que sur une attitude jugée parfois trop autoritaire. Ou trop féminine... La misogynie n'est jamais absente du débat.
  • Il est vrai que, spontanément, on ne saurait dire qui est Président du Conseil régional d'Alsace... Mais en Poitou-Charentes, un combat entre un ministre de Sarkozy qui cumule bien d'autres fonctions en vue et la très médiatique porte-parole nationale de la social-démocratie n'est pas précisément l'affrontement de deux inconnus.
Et les Verts ? Quel rôle jouent-t-ils ? Au plan national, ne plus vouloir être considérés comme une simple force d'appoint électoral du PS, mais comme de véritables partenaires, est logique et même salutaire. Au plan régional en revanche, leur départ en solo alors qu'ils n'ont rien à reprocher à Ségolène Royal, qui est allée bien au-delà de leurs espérances, est plus discutable...  Et discuté. Il suffit pour s'en convaincre de voir leurs divisions locales qui expliqueront, sans doute, une performance moyenne. Après, on pourrait aussi disserter sur l'impact des "petites listes"... Incitent-elles à l'abstention en retirant de la crédibilité au scrutin ? Constituent-elles une abstention en elles-mêmes ? Certainement pas. Elles sont pour les citoyens qui ne se reconnaissent pas dans les deux listes principales, un moyen d'exprimer leur différence et de peser sur les futurs élus. En définitive, il n'y a qu'un vote réellement, profondément et sincèrement sarkosiste, c'est l'absence de vote ! Nous nous abstiendrons donc de nous abstenir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Région
commenter cet article

commentaires

Bertrand 11/03/2010 08:52


Naufrageurs, je le dis tout net : Quoique par ailleurs sympathiques, dans ce billet, vous énoncez de grosses bêtises.
ça fait des lustres et des lustres qu'on nous rabâche que l'abstentionniste vote contre ses idées, pour la droite souvent et patati et patata
L'abstentionniste refuse de participer au bal masqué de la classe politique, de Royal à Le Pen en passant par le facteur et tous les autres.Point barre.
L'abstentionniste ne croit pas aux changements de la vie par ricochet politique. Pensez-vous qu'une victoire de la gauche, où que ça soit, éviterait la décadence intellectuelle, morale, de ce pays
?
Allons, soyez sérieux. Juste un peu empiriques...
Le combat est ailleurs. Dans la reconquête de la prise de paroles.


Les naufrageurs 11/03/2010 09:44


Oui, il y a d'autres combats ailleurs, parfois plus importants que celui-ci, mais ce n'est pas une raison pour le perdre. Quant au rôle d'un Conseil régional —
fût-il de Poitou-Charentes — il n'est pas d'enrayer "la décadence intellectuelle et morale de ce pays". Le voudrait-il qu'il ne le pourrait pas. S'il parvient à rendre le quotidien plus
supportable en atténuant un peu les effets dévastateurs du capitalisme triomphant, ce n'est déjà pas si mal.
Depuis son élection, Sarkozy et ses amis se sont efforcés d'éliminer tous les contre-pouvoirs. Sauver un des rares qui restent mérite bien de lui accorder quelques minutes dimanche matin.