Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LES NAUFRAGEURS DE SAINTONGE
  • LES NAUFRAGEURS DE SAINTONGE
  • : En mer comme dans l'air, l'amer est un point de repère. Ainsi, ce blog pourra indiquer une direction aux navigateurs perdus. Mais attention aux naufrageurs (qui ne sont pas tous des lumières) et qui agitent, sans… fard, leurs lanternes dans la nuit. Ici, aucun sujet n’est exclu a priori. On pourra parler politique, littérature, musique, sport, déconnade… mais aussi spécificités régionales — voire locales — ne surprenant personne dans ce coin de terre nommé Saintonge Maritime.
  • Contact

Annuaires

http://www.wikio.fr   
   

Recherche

Archives

Catégories

26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 10:32
...sans s'presser, pour sûr. C'est que... c'est pas n'importe qui, Zozo, ça vous pouvez nous croire. Un "chômeur éperdu", nous dit le titre du bouquin. Mais ce qu'il ne nous dit pas c'est que ce petit bonhomme rondouillard, chasseur aussi maladroit que professionnel, a tué un héron le jour de la signature des accords d'Évian en 1962, qu'il l'a fait empailler et l'a baptisé De Gaulle. Depuis, au village, sans prétention, Zozo a mauvaise réputation. Bertrand Redonnet, un admirateur de Brassens, nous emmène donc à la campagne, la vraie, la profonde, celle qui n'existe plus que dans la mémoire de quelques nostalgiques paysans. En ce temps-là, le chômage était plus choisi qu'imposé. Et Zozo avait clairement choisi ! Même si la société de l'époque — maire, garde-champêtre et président de la société de chasse en tête — s'efforçait de gâcher la vie de cet homme simple en le sortant de son heureuse marge, pour le ramener, de gré ou de force, au milieu de la triste page. Mais ce qu'ils ignoraient, les imbéciles, c'est que Zozo, il avait de la ressource. N'avait-il pas lu trois ouvrages de Maurice Genevois ? Action méritante s'il en fût car non seulement il avait de la culture, Zozo, mais il avait aussi des alliés : l'instit' et... le partageux. Il avait surtout un confident en l'éminente personne de Pinder, le goret christique. Sans oublier le vin rouge tirant sur le noir, infect mais toujours de bon conseil. Alors, quand ils ont voulu l'exclure de la battue aux sangliers, il leur a joué un tour à sa façon, Zozo...
Vous l'avez compris, "Zozo, chômeur éperdu" est incontournable. Ce récit publié chez l'excellent éditeur
Le temps qu'il fait est d'une méchanceté vivifiante en nos temps si consensuels, et Georges Monti, qui se trompe rarement dans ses choix, nous offre ici un plat qui pour être relevé n'en est pas moins succulent. Une centaine de pages seulement, mais qu'il convient de déguster avec la lenteur qui sied à tout mets rare et délicat ; cette farce provocatrice pourrait être "hénaurme", elle est d'une légèreté que seule la littérature, dans ses meilleurs moments, sait proposer à ses amoureux... éperdus. Votez Zozo !

Partager cet article

Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

solko 30/10/2009 11:28


Nous avons voté Zozo !


Les naufrageurs 30/10/2009 16:57


Et vous avez raison. Il tient ses promesses, Zozo. C'est pas comme certains dont on dira pas l'nom mais qui s'reconnaîtraient s'ils venaient parfois traîner sur nos
côtes.


Guste Bertin 28/10/2009 14:33


Ah, c'est sympa, ce texte sur Zozo !
Et je serais bien ingrat, passant par là, de ne pas m'arrêter pour vous remercier...
Amicalement
Bertrand


Les naufrageurs 28/10/2009 19:16



Évidemment, il est plus facile à Guste Bertin qu'à Zozo de nous laisser un message. Mais chut...
Les naufrageurs de Saintonge apprécient le clin d'oeil et sont enchantés de cet échange.
Amicalement.
Le naufrageur de quart