Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LES NAUFRAGEURS DE SAINTONGE
  • LES NAUFRAGEURS DE SAINTONGE
  • : En mer comme dans l'air, l'amer est un point de repère. Ainsi, ce blog pourra indiquer une direction aux navigateurs perdus. Mais attention aux naufrageurs (qui ne sont pas tous des lumières) et qui agitent, sans… fard, leurs lanternes dans la nuit. Ici, aucun sujet n’est exclu a priori. On pourra parler politique, littérature, musique, sport, déconnade… mais aussi spécificités régionales — voire locales — ne surprenant personne dans ce coin de terre nommé Saintonge Maritime.
  • Contact

Annuaires

http://www.wikio.fr   
   

Recherche

Archives

Catégories

19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 10:10

3723482049_8b7ae4e68e.jpgSud et la CGT peuvent avoir honte, se couvrir le visage de cendre volcanique... car c'est un volcan qui vient de réussir la plus belle prise d'otages de ces dernières années. Pourtant, les syndicalistes (de la SNCF notamment) en prennent souvent des otages... On peut voir ces malheureux (pas les syndicalistes) à la télé, les entendre à la radio, clamer leur "otagitude" sur les quais brumeux de la désespérance médiatique et sarkozystique. On s'est souvent lamenté sur le triste sort de ces misérables victimes obligées de se reposer quand le travail les appelle. Eux qui aimeraient tant "travailler plus pour gagner plus".

Le volcan islandais, c'est dans les aéroports qu'il a pris ses otages. Et il n'a pas fait dans la ségrégation ! Il a pris aussi bien les hommes d'affaires en déplacement pour dépouiller quelque pays du tiers monde que les touristes avides de dépenser leur fric en polluant leurs semblables. Seul contre tous, il tient bon, le volcan au nom bizarre ! Écoutez ce malheureux otage parti visiter les zétazunis d'amnésique : "On est bloqués à New York depuis 3 jours. On nous a payé l'hôtel et on nous demande d'attendre tranquillement. Mais on a déjà visité New York ! 2 jours, c'est largement assez. Et maintenant... il n'y a plus rien à visiter. Qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse à New YorK ?" C'est vrai, putain, on se demande à quoi pensent les agences de voyage : laisser des clients seuls dans une grande ville sans même un guide absolument indispensable pour ne pas voir la ville. Et puis, New York... un joli port de mer. On en a vite fait le tour. Remarquez, le pire est toujours envisageable ; ils auraient pu être bloqués dans un musée. Vous imaginez ? 3 jours en Russie, à l'Ermitage ! Qu'est-ce qu'ils auraient bien pu faire pendant ces 3 jours ? Là, pour le coup, il y aurait eu des morts.

Même Besson est pris en otage par le volcan : il ne peut même plus organiser ses charters d'immigrés comme il le voudrait. Ah ! que revienne le bon temps des queues pour l'enregistrement dans les aéroports, des agréables fouilles au corps, des gentilles catastrophes aériennes, des détournements d'avions, des 11 septembre qui autorisent une intervention militaire en Irak... Mais où sont les terroristes d'antan ? Même eux sont impuissants face au volcan qui crache sa colère à la gueule du monde civilisé, policé, anesthésié... Il est vicieux ce volcan, de surcroît. Il pouvait très facilement éviter la mort du Président polonais. Il lui suffisait de rugir au bon moment et dans la bonne direction. Hé ben, non, fi d'garce ! il a préféré empêcher des dirigeants européens réactionnaires de venir rendre hommage à un de leurs semblables. C'est du mauvais esprit, vous en conviendrez.

Mais... si un volcan peut prendre des otages... un autre volcan ne pourrait-il pas en libérer ? Nous qui sommes otages (jusqu'en 2012) d'un pouvoir imbécile et dangereux, ne pourrions-nous pas être libérés par un de nos volcans d'Auvergne ? Allez, pour l'éruption finale, réveillez-vous, bande de fainéants. Volcans du monde entier, unissez-vous !

Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Société
commenter cet article
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 08:47

Pour la communication, tout est bon ! C'est comme... oui, c'est pareil. Les foyers de Charente-Maritime viennent de recevoir le merveilleux magazine diffusé par son admirable Conseil Général que préside le génial Bussereau injustement battu à plate couture (par une nana, en plus...) aux élections régionales. Les peuples sont ingrats, c'est connu. Mais celui de Charente-Maritime l'est encore plus que les autres ! Voyez dans cette magnifique revue multicolore comme notre Saint Dominique a bien géré les suites de la tempête Xynthia, et admirez comme nous avons tous été solidaires. Comme nous allons l'être encore plus avec 6% d'augmentation de nos impôts locaux. Surtout, appréciez la manière dont l'homme qui parlait à l'oreille des sinistrés sait concilier avec tact et intelligence ses fonctions nationales et locales... Il a même fait venir Sarko sur les lieux du désastre ! Le péquenot de base est vivement invité à s'esbaudir. Et on en vient à se demander pourquoi 61% des électeurs n'ont pas cru en cet homme si cohérent, si respectueux de ses administrés, si généreux, si bien organisé, si conscient des questions environnementales, si amoureux de la nature, si solidaire, si... si providentiel en un mot. On se demande et on se demandera longtemps !

gdecote2.JPG

Ici, en Saintonge maritime, de nombreux ostréiculteurs — qui n'avaient pas précisément besoin de ça en ce moment — ont souffert et continuent de souffrir des conséquence de Xynthia. Pourtant, on pourrait considérer que globalement nos côtes ont été plus épargnées que d'autres... Ce serait oublier un peu vite la spectaculaire avancée de la mer que l'on peut voir sur notre photo prise du côté de la Grande Côte. Là, "le trait de côte" recule inéluctablement d'année en année. Il faut dire que le Conseil Général que préside l'omniscient Dominique Bussereau ne ménage pas ses efforts pour protéger La Palmyre. Chaque hiver, depuis des années, c'est un ballet incessant de camions déposant leurs rochers salvateurs. Oui, mais c'est au détriment du reste de la côte ! La mer ne pouvant plus prendre ses aises ici, les prend là. Évidemment, nous n'avons pas les compétences pour développer en ces quelques lignes maladroites, un sujet aussi capital pour l'avenir de notre côte et de toute la région, mais des spécialistes se sont penchés sur la question, des études scientifiques existent, nous les connaissons et Mr Bussereau ne peut les ignorer. Voilà qui n'a pas empêché le Conseil Général de favoriser l'installation du Club Méd' dans une zone aussi stratégique. Et aussi menacée...

Cet été, les baignassouts (comme on dit ici) se feront bronzer à la Grande Côte qui, pour les accueillir convenablement, aura été nettoyée  par les services municipaux et par des bénévoles. Tant mieux ! Mais ces vacanciers ne verront pas l'image que nous vous livrons ; elle leur gâcherait sans doute les vacances. Chaque hiver, au gré des marées et des tempêtes (et du réchauffement climatique), la mer gagne un peu plus sur la forêt. Un forêt judicieusement protégée de la rapacité des promoteurs immobiliers par le Conservatoire du Littoral, mais qui n'est malheureusement pas à l'abri de la montée des eaux. Ni des inconséquences de nos élus départementaux !

Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Charente-Maritime
commenter cet article
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 19:32

Les traîtres réussissent à Stéphane Guillon. Sa chronique matutinale sur Besson, même si elle était un peu moins drôle que celle sur DSK (un must !), connaît presque le même succès. Et grâce à lui, la direction de France Inter a pu de nouveau se ridiculiser. Sans la complicité de Demorand. Mais le meilleur était à venir ! Voici la lumineuse chronique de François Morel à laquelle les naufrageurs de Saintonge adhèrent sans la moindre retenue.

 

Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Société
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 18:25
Dans notre Poitou-Charentes, un ministre de Sarkozy, député, président du Conseil général de Charente-Maritime, était opposé — certainement contre son gré — à Ségolène Royal. Entreprise quelque peu suicidaire au vu du bilan présenté par la dame qui jouit ici d'une popularité qui ne se dément pas... Même ses petites erreurs stratégiques sur le plan national y sont accueillies avec un sourire bienveillant. Le malheureux Bussereau ne faisait vraiment pas le poids ; il a explosé en plein vol. Le Poitou-Charentes a en effet voté à 61% pour la liste d'union de la gauche.
Et ici ? à Royan ? Putain, la honte, on ne sait plus où se foutre ! Dans la plupart des communes qui constituent le Pays royannais, Ségolène est derrière Bussereau. On a honte, mais on n'est pas surpris. Il suffit de regarder la moyenne d'âge... la gérontologie y a plus d'avenir que la pédiatrie ! Le record : le petit village de Talmont qui n'accorde que 22% à la liste d'union de la gauche. Toutefois 8 communes de l'Agglomération Royan Atlantique ont sauvé l'honneur en mettant la gauche en tête. Voici le palmarès et le score de la gauche :

semussac.jpeg
  • Semussac : 54,83%
  • Saujon, 54,57%
  • Arvert : 54,25
  • L'Éguille-sur-Seudre : 53,97%
  • Brie-sous-Mortagne : 53,54%
  • St Sulpice-de-Royan : 52,81%
  • Médis : 52,30%
  • Mornac-sur-Seudre : 50,77%

The winner is donc Semussac. Et c'est la photo de la mairie de cette commune qui orne cet article.

Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Saintonge-Maritime
commenter cet article
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 11:24
1541766951_353075f432.jpgAbstentionnistes de droite — les plus nombreux, nous dit-on — passez votre chemin. Puisque la Démocratie n'est pas un régime qui vous convient, ce qui suit ne vous concerne pas. Abstentionnistes de gauche, de partout et de nulle part, causons un peu. Vous n'avez donc pas voulu participer à la formidable déculottée infligée à nos sinistres gouvernants et à leurs amis affairistes, dimanche dernier, à l'occasion du premier tour des élections régionales. Nous l'avons donc fait sans vous. Un peu moins bien sans doute que nous aurions pu le faire ensemble... Mais qu'importe, nous ne pouvons pas vous en vouloir, vous aviez vos raisons.
En revanche, nous pensons que vous venez de renoncer à un grand plaisir. Collectif et gratuit ! Vous avez vu à la télé, lors de la soirée électorale, Frédéric Lefèvre, l'homme à qui vous n'achèteriez pas une voiture d'occasion ? Et Xavier Bertrand — aussi onctueux qu'un pape canonisant Pom Pom Pie XII — vous l'avez vu ? Non ? Même pas Rachida ? Vous avez continué à faire la gueule dans votre coin alors que la rigolade envahissait les écrans ? Vous n'avez donc pas ressenti le plaisir profond, la joie communicative et quelque peu paillarde de ceux qui ont infligé cette correction mémorable et tant méritée à cette droite qui met le pays à sac et qui, pour tenter de limiter la casse, ne trouve rien de mieux que de renouer avec ses réflexes sécuritaires d'un autre temps. Quitte à déclarer mort un flic bien vivant ! Comme si la sécurité entrait dans les attributions d'un Conseil régional... Des cours d'instruction civique, il leur faut, à tous ces lamentables populistes.
Mais revenons à vous, abstentionnistes de gauche aux tendances masochistes, vous qui, volontairement, n'avez pas pris votre pied toute cette semaine. Enfin... pas pleinement, admettez-le. Voici, bien chers frères (et et bien en chair soeurs), le message d'espérance et de rédemption que vous adressent les naufrageurs, du fond de leur Saintonge républicaine et royaliste : cessez de vous morfondre puisque vous pouvez encore vous rattraper dimanche. Venez en toute confiance, votre martinet ou votre bouquet d'orties à la main. Notre accueil, sachez-le, sera chaleureux ; être de gauche, cela implique générosité, fraternité et tout et tout... On peut bien vous laisser quelques culs à fesser, il y en a tant à faire rougir qu'on ne sera jamais trop nombreux. Vous pensez bien que la fessée qui doit suivre la déculottée, on ne va tout de même pas la pratiquer sans vous, en catimini. Non, tout le monde a droit au plaisir ; jouissons sans entraves et fessons en choeur et encore. Que lundi matin, ils aient du mal à... asseoir leur crédibilité ! 
Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Politique
commenter cet article
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 09:36
Vous avez loupé Stéphane Guillon, ce matin ? Les naufrageurs sont généreux et magnanimes (rien que ça) ; ils vous offrent une séance de rattrapage. C'est un peu inexplicable... le printemps, sans doute... depuis dimanche soir, on a envie de rigoler de tout, de rien... Mais pas avec n'importe qui !
Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Société
commenter cet article
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 12:00
4417116333_7d20fb55b5.jpgLes politiciens de droite et les médias qu'ils engraissent croient avoir trouvé la parade à la déroute annoncée lors des élections régionales (premier tour : dimanche prochain) : une abstention importante viendrait plomber le résultat. Évidemment, ça les arrangerait bien ! Ils pourraient alors considérer le désaveu comme modéré, leur pouvoir conforté, leurs mesures anti-sociales validées. Et poursuivre la mise à sac du pays comme si rien ne s'était passé. Le pire, c'est qu'ils n'ont pas complètement tort ! En telle circonstance, ne pas voter, c'est évidemment voter UMP. C'est peut-être même pire puisque c'est un accord silencieux, une adhésion inconditionnelle, franche et massive.
Dans la foulée on nous donne quelques pistes justifiant cette abstention salvatrice tant espérée :
  • L'entité administrative régionale ne serait que difficilement admise par la population.
  • Les citoyens ignoreraient la vocation et les actions de leur Conseil régional.
  • Les élus seraient peu connus des populations.
En Poitou-Charentes — et ailleurs aussi, sans doute — il est facile de réfuter ces affirmations gratuites et malveillantes :
  • Certes l'entité Poitou-Charentes est un peu plus récente que l'entité Charente-Maritime. Mais aussi bien économiquement que politiquement, tout regroupement se fait à partir de différences complémentaires. Contester la dimension régionale, c'est exactement comme contester la dimension départementale, nationale, européenne.
  • Ici, nul ne peut prétendre ignorer les actions de l'équipe sortante. Chaque citoyen en a un jour bénéficié tant au niveau de la culture que de l'environnement, tant au niveau de l'éducation que de l'emploi, dans sa vie communale comme dans sa vie privée. Qui peut prétendre ignorer, en Poitou-Charentes, le sauvetage de l'entreprise Heuliez ? Qui oserait dire qu'il ne connaît pas les aides régionales en faveur du développement des énergies renouvelables ? Ou le pass contraception ? Hors contexte électoral, les adversaires politiques de Ségolène Royal eux-mêmes rendent hommage à un bilan exceptionnel. Ici, tout le monde le sait, les critiques recevables ne portent que sur une attitude jugée parfois trop autoritaire. Ou trop féminine... La misogynie n'est jamais absente du débat.
  • Il est vrai que, spontanément, on ne saurait dire qui est Président du Conseil régional d'Alsace... Mais en Poitou-Charentes, un combat entre un ministre de Sarkozy qui cumule bien d'autres fonctions en vue et la très médiatique porte-parole nationale de la social-démocratie n'est pas précisément l'affrontement de deux inconnus.
Et les Verts ? Quel rôle jouent-t-ils ? Au plan national, ne plus vouloir être considérés comme une simple force d'appoint électoral du PS, mais comme de véritables partenaires, est logique et même salutaire. Au plan régional en revanche, leur départ en solo alors qu'ils n'ont rien à reprocher à Ségolène Royal, qui est allée bien au-delà de leurs espérances, est plus discutable...  Et discuté. Il suffit pour s'en convaincre de voir leurs divisions locales qui expliqueront, sans doute, une performance moyenne. Après, on pourrait aussi disserter sur l'impact des "petites listes"... Incitent-elles à l'abstention en retirant de la crédibilité au scrutin ? Constituent-elles une abstention en elles-mêmes ? Certainement pas. Elles sont pour les citoyens qui ne se reconnaissent pas dans les deux listes principales, un moyen d'exprimer leur différence et de peser sur les futurs élus. En définitive, il n'y a qu'un vote réellement, profondément et sincèrement sarkosiste, c'est l'absence de vote ! Nous nous abstiendrons donc de nous abstenir.
Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Région
commenter cet article
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 16:06
On a regardé juste pour Stevie Wonder (pas mal du tout). Et puis, elle est arrivée. Son sourire, sa spontanéité et sa pêche ont sauvé les sinistres "victoires de la musique". Elle remporte 2 prix amplement mérités : meilleur album rock de l'année et meilleure révélation sur scène. Attention, ça démarre doucement mais après, c'est du survitaminé ! Elle nous donne envie de réécouter du rock, ce qui n'est pas un mince exploit...
 
Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Musique
commenter cet article
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 19:58
Ils en vont vu et entendu d'autres, les naufrageurs, mais là... sur le cul, ils sont tombés ! Certes, l'image est de mauvaise qualité, mais ce n'est vraiment pas l'essentiel. Si vous en savez plus que nous sur ce jeune saxophoniste, n'hésitez pas à nous laisser un message.
 
Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Musique
commenter cet article
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 09:59

 

4341312291_d9e1948941.jpg"Je suis le maître de mon destin,

Le capitaine de mon âme."
Le poème est de William Ernest Henley, et il prête son titre à celui du dernier film de Clint Eastwood : INVICTUS (invaincu, invincible). Tout ou presque a été dit sur celui qui a été marqué au fer rouge de "Dirty Harry". Même avec le temps, l'étiquette "facho" ne semble pas vouloir se décoller. Et pourtant, au fil de monuments cinématographiques indiscutables, Clint Eastwood a tout fait pour affirmer sa conception humaniste du monde. Quelques titres suffisent à le rappeler : Sur la route de Madison (récemment diffusé sur FR3), Impitoyable, BirdMillion dollar baby et tant d'autres. Même certains épisodes des "exploits" de l'inspecteur Harry Callahan méritent le détour et une analyse plus nuancée des idées qui y sont véhiculées. Mais c'est incontestable, le personnage agace. Et pour ceux qui l'aiment, Clint pas Harry, c'est tant mieux. L'ambiguïté est toujours un ressort dramatique puissant.
Avec
Gran Torino, Eastwood remettait pas mal de pendules à l'heure, nous livrant ce que beaucoup ont considéré comme son testament. Il incarnait un personnage qui était, au début, sa propre caricature de vieux con mégalo telle qu'une partie de la presse bien-pensante la véhicule. Et, au fil d'un scénario tiré au cordeau, il évoluait vers l'image qu'au contraire Clint se fait de lui-même. Contraste saisissant mais surtout prétexte à la réalisation d'une oeuvre personnelle, rare et proche de la perfection.
La démarche dans
Invitus est sensiblement différente puisque cette fois, il ne joue pas, il produit et réalise seulement. Alors que le faux débat sur l'identité nationale en France tombe en quenouille, le film nous montre Nelson Mandela, superbement interprété par Morgan Freeman, aux prises avec la création d'une nation multicolore en Afrique du Sud, en 1995. Et il a l'arme absolue sous la main, la coupe du monde rugby ! Ce sport, véritable symbole de l'apartheid, le Président a l'ambition d'y faire adhérer tout un peuple, dans son extrême diversité. Jusque dans les townships, les ghettos noirs, où il envoie l'équipe jouer avec des gamins en haillons, ce qui donne au film quelque-unes de ses plus belles images. Car c'est de réconciliation qu'il s'agit et si l'idée est simple, sa mise en oeuvre est fort complexe. Il faut voir la conviction qui anime le visionnaire quand il s'exprime devant son propre parti dont les militants ne rêvent que de revanche bien légitime. Mais Mandela voit plus loin, plus haut.
Il sait que l'Homme a besoin de symboles, soif de grandeur, envie de dépassement. Encore faut-il, parfois, lui montrer la voie. Mandela va s'y employer car il sait aussi que son but ne sera pleinement atteint qu'avec la victoire. Alors, oui, il va manipuler tout un peuple à travers sa relation avec un capitaine subjugué par le charisme d'un homme qui prône la réconciliation nationale après avoir passé trente années de sa vie dans une cellule dont la largeur se mesure en écartant les bras. Superbe scène dans la prison ! Sublime dialogue des anciens ennemis prenant le thé... Tout devrait les séparer et pourtant, un même sentiment les habite.
Un des grands plaisirs du film est plus simplement d'assister à la montée de la passion sportive chez Mandela lui-même. Au départ, il ne connaît pas le rugby, il ne l'apprécie pas vraiment, il fait son job. "C'est un calcul politique", lui reproche sa secrétaire. "Non, c'est un calcul humain", répond-il calmement. On le voit même traiter ses dossiers au stade pour ne pas perdre un temps forcément précieux, ne jetant que par intervalles, un oeil sur le tableau d'affichage. Et puis, progressivement, il va se prendre au jeu, se passionner, devenir la victime consentante de sa propre manipulation. On pense à Mitterrand, notre grand manipulateur à nous, à son courage politique calculé quand il a annoncé, juste avant l'élection décisive, qu'il abolirait la peine de mort. Le risque assumé fait partie du jeu.
Dans la dernière partie du film, on n'est pas seulement spectateurs des matchs, on a l'impression d'y participer tant la caméra est proche des joueurs. Lors de la finale des
Sprinboks contre les All Blacks, le film devient encore plus spectaculaire. Les entrées en mêlées sont fracassantes, les envolées sont lyriques, le public à l'intérieur et à l'extérieur du stade est omniprésent. C'est d'une violence et d'une exaltation folles. Une gigantesque communion laïque ! N'attendez pas que le film passe à la télé, allez le voir au cinéma. C'est du grand cinéma !
Certains critiques ont regretté ce qu'ils considèrent comme une manière naïve, pour Clint Eastwood, de montrer l'Histoire. Mais tel n'a jamais été son propos. C'est à la nature humaine que, de toute évidence et depuis toujours, le réalisateur de "
Play Misty for me" s'intéresse. Quand, en plein apartheid, le grand pianiste Sud-africain Abdullah Ibrahim (Dollar Brand) avait présenté son opéra-jazz retraçant l'histoire de l'asservissement de son peuple, quelques éminents critiques parisiens, entre deux passages à la machine à la café, avaient trouvé sa démarche "naïve". Tant mieux si celle de Clint Eastwood l'est aussi. La naïveté est une valeur qui mériterait d'être revalorisée.
Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Cinéma
commenter cet article