Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LES NAUFRAGEURS DE SAINTONGE
  • LES NAUFRAGEURS DE SAINTONGE
  • : En mer comme dans l'air, l'amer est un point de repère. Ainsi, ce blog pourra indiquer une direction aux navigateurs perdus. Mais attention aux naufrageurs (qui ne sont pas tous des lumières) et qui agitent, sans… fard, leurs lanternes dans la nuit. Ici, aucun sujet n’est exclu a priori. On pourra parler politique, littérature, musique, sport, déconnade… mais aussi spécificités régionales — voire locales — ne surprenant personne dans ce coin de terre nommé Saintonge Maritime.
  • Contact

Annuaires

http://www.wikio.fr   
   

Recherche

Archives

Catégories

11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 14:52

Alors que l'Afrique du Sud accueille les fous du foot avec un spectacle pop, on peut essayer de se rappeler que l'un des plus grands et des plus authentiques artistes Sud Africains est un pianiste de jazz, Abdullah Ibrahim que l'on appela longtemps Dollar Brand. Si, à la triste époque de l'apartheid, vous avez eu la chance de le voir, à La Rochelle notamment, quand il présentait son opéra-jazz rendant hommage à l'histoire du peuple noir, l'émotion communiquée par ce grand homme n'a pu vous quitter. Vous en retrouverez un peu dans ce trop court extrait de concert enregistré au festival de Lugano en 1999. Si nos milliardaires hexagonaux veulent retrouver un peu de sérénité et un minimum d'humanité avant leur prestation de ce soir au Cap, qu'ils prennent le temps de cueillir cette Cape Town Flower.

 

 

 

Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Musique
commenter cet article
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 19:04

George Coleman avec le trio d'Ahmad Jamal. Instants de grâce !

 

 

 

Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Musique
commenter cet article
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 16:06
On a regardé juste pour Stevie Wonder (pas mal du tout). Et puis, elle est arrivée. Son sourire, sa spontanéité et sa pêche ont sauvé les sinistres "victoires de la musique". Elle remporte 2 prix amplement mérités : meilleur album rock de l'année et meilleure révélation sur scène. Attention, ça démarre doucement mais après, c'est du survitaminé ! Elle nous donne envie de réécouter du rock, ce qui n'est pas un mince exploit...
 
Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Musique
commenter cet article
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 19:58
Ils en vont vu et entendu d'autres, les naufrageurs, mais là... sur le cul, ils sont tombés ! Certes, l'image est de mauvaise qualité, mais ce n'est vraiment pas l'essentiel. Si vous en savez plus que nous sur ce jeune saxophoniste, n'hésitez pas à nous laisser un message.
 
Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Musique
commenter cet article
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 09:36
Le projet de loi Hadopi 2, qui prévoit de recourir au tribunal correctionnel pour suspendre la connexion des internautes suspects de contrefaçon numérique, vient d'être validé par le Conseil d'État. Si la nécessité de rémunérer justement les créateurs fait l'unanimité, l'atteinte aux libertés que constitue un pel projet n'échappe à personne. D'autant que son efficacité reste à prouver... Ne serait-on pas dans une nouvelle opération de "poudre aux yeux", spécialité du pouvoir actuel ? Comme en matière de sécurité, on fait de grands moulinets, on déplace forces de l'ordre et médias pour arrêter deux gamins dénoncés (à tort) pour vol de vélo... et comme on n'a plus les fonctionnaires pour faire appliquer les lois que l'on vient de voter, on laisse pourrir la situation. Jusqu'ici ça n'a pas marché trop mal...
Dans le cadre de cette répression annoncée, il est rafraîchissant de constater que certains créateurs — et pas forcément les moins importants — font le choix délibéré de ne pas suivre une politique si favorable aux grandes compagnies. Prenez le saxophoniste (alto) de jazz, Steve Colemean, vraiment un des plus grands artistes de ces dernières années. Il a mis une bonne partie de son abondante discographie — à l'exception notable des nouveautés — en téléchargement libre sur son site. Ainsi, l'internaute peut télécharger librement un grand nombre de morceaux et même des disques entiers.
Il est fou Steve Coleman ? Au contraire, sa position est très réfléchie et il s'en explique fort bien. Pour nous, un artiste de cette envergure a en effet tout intérêt à faire découvrir sa superbe musique au public le plus large possible. C'est ainsi qu'il peut donner envie d'aller l'entendre en concert. Car le jazz est une musique de l'instant qui doit se vivre comme une communion entre le musicien et son auditeur, et dans ce contexte, le disque ne constitue qu'un support. Un moyen mais en aucune manière une fin. Le problème est que le CD (voire le DVD) sont devenus des enjeux économiques si importants qu'ils sont trop souvent considérés comme l'oeuvre de l'artiste alors qu'ils n'en sont que la copie.
Il vous reste à faire un petit détour par
le site de Steve Coleman pour écouter sa musique, la télécharger en toute légalité, et attendre son passage pour aller l'applaudir. Et si vous souhaitez connaître les raisons qui justifient son apparente générosité, il donne son argumentation ICI.


Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Musique
commenter cet article
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 18:22
Marre de Sarkozy, marre de Manuel Valls faisant du marché noir, marre de tous ces gens qui font moins de voix que leurs adversaires et sont élus quand même... En Iran ? Sans doute, mais pas seulement... au PS aussi. Et ailleurs, sans doute. Marre de tout ce spectacle pour débiles, marre de la planète qui se réchauffe, de la mer qui monte (j'ai honte, j'ai honte), du moral qui descend, des entreprises qui délocalisent, qui licencient, qui pontifient... Marre du travail, marre du chômage, marre de la retraite à 75 ans, des avions qui tombent, des voitures qui roulent, des piétons qui ne marchent pas... Marre de la grippe aviaire, porcine, anesthésiante... Marre des PDG qui se goinfrent, des plaisanciers en 4X4 qui affichent l'auto-collant "Non au port méthanier" (on voit ça du côté de Royan), marre des imbéciles de gauche qui votent n'importe quoi (ceux de droite, c'est normal), marre de ceux qui ne vont pas voter et viennent pleurnicher parce que ça ne se passe pas exactement comme ils le souhaitaient.
Et puis merde, la liste serait longue ! Arrêtons-nous ici et introduisons un peu de tendresse dans ce monde de brutes.
Écoutez, regardez, jouissez du bonheur qui vous est accordé, ici et maintenant, de pouvoir profiter de l'immense talent de Madeleine Peyroux. Un seul morceau — le premier — de son dernier album "Bare bones" et vous décollez vers un tout autre monde. Certains la comparent à la grande Billie Holiday, et il faut bien reconnaître qu'il y a quelque chose dans la voix, dans le swing naturel et décontracté (c'est pas un pléonasme, ça ?), dans le léger flottement sur le temps... Même si Billie est bien évidemment incomparable.
Et si vous n'êtes pas convaincu par nos modestes propos, écoutez ! Ou alors, regardez sur Google, la place de Madeleine Peyroux : elle totalise 1.090.000 requêtes, très loin devant la madeleine de Proust qui plafonne à 293.000 et près de la madeleine au chocolat qui n'atteint que 1.280.000 suffrages et fait grossir ceux qui la mangent avec du beurre et des saucisses. Et le score de Madeleine Chapsal, demandez-vous ? Notre naturelle charité chrétienne nous empêche de vous le donner. Et celui de Madelin ? 569.000. Quand même ! Ben oui...
Vous voyez qu'elle a du bon la culture numérique ! Allez, vous reprendrez bien une petite Madeleine...


Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Musique
commenter cet article
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 09:48
Le dernier titre du slameur Grand corps malade fait fureur sur la toile. À la seule qualification de slameur, on voit se dresser la cohorte des papes du slam qui ont investi ce mouvement culturel comme d'autres le firent — en leur temps — avec le jazz. C'est la rançon du succès. Car les nouveaux procureurs parlent du "vrai slam" comme un certain Hugues Panassié (vilipendé pour notre plus grande joie par Boris Vian) parlait de "vrai jazz". Ils ont inventé des critères pour isoler ce style, le classifier, le cataloguer comme ça les arrange, le mettre bien avant l'âge dans leur triste musée imaginaire. Par exemple, pour certains mais pas pour d'autres, le vrai slam devrait être intégralement a capella. Laissons de côté les querelles picrocholines de ces chapelles, et refusons, ici comme ailleurs, la normalisation excessive. Ne comptez donc pas sur nous pour vous donner une définition du slam, encore moins pour vous affirmer que Fabien (le prénom de Grand corps malade) est ou n'est pas un slameur. Tout juste nous bornerons-nous à citer Paul Cash : «Même les slameurs, surtout les slameurs, se posent encore ces questions: "qu’est-ce que le slam?", "à quoi sert le slam?". Le slam est-il un mouvement populaire, une scène d'artistes, une imposture...»
Fabien lui, n'est pas un imposteur ! C'est un artiste, un vrai, un poète qui a choisi un moyen d'expression actuel susceptible de porter au plus loin, au plus profond, ses idées, ses sentiments, son inspiration. Alors, le bel accompagnement de guitare qui enveloppe amoureusement ses paroles ne fait que donner plus de poids à la voix chaude qui dit la vie quotidienne et ses difficultés, l'amour des autres, l'injustice... C'est vrai dans presque tous les titres écrits par ce garçon. C'est encore plus perceptible quand il nous parle avec ferveur de l'école dans les zones soi-disant prioritaires. "Éducation Nationale", c'est le titre tout simple du morceau inédit  (ou du poème si vous préférez). Et nous engageons tous nos lecteurs qui ne l'ont pas encore fait, à l'écouter de toute urgence. À le voir aussi, car le clip réalisé avec beaucoup de tact et de talent par par Mehdi Idir, sert parfaitement le propos de Fabien. À eux deux, ils font mouche ! Bien plus que de longs et chiants discours...
Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Musique
commenter cet article
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 18:03
On l'avait oubliée, Candi Staton. Il faut bien reconnaître qu'elle avait tout fait pour ça ! Pourtant, dans les années... disons... 70... elle eut son heure de gloire. Une des très bonnes chanteuses de musique soul. Puis, au fil d'albums qui s'éloignaient de plus en plus de la great black music, on l'avait oubliée. Et voilà que dimanche soir, sans prévenir, Anne Chépeau nous la remet dans les oreilles.
Vous ne connaissez pas Anne Chépeau ? Remarquez... nous, on ne la connaît pas depuis longtemps vu que sa rubrique sur France Infos (moins de 4 minutes) passe en même temps que l'émission culte de France Inter, "Le Masque et la Plume", le dimanche soir. Pourtant ça vaut souvent la peine de zapper de 20H.21 à 20H.25 pour écouter "Tendance Jazz". Anne Chépeau y présente en général deux albums, deux artistes, deux nouveautés... Dimanche dernier, après l'excellent pianiste Franck Avitabile ("Paris Sketches"), elle nous a parlé de cette ancienne chanteuse de soul, Candi Staton qui vient de sortir un nouveau CD et qui se produira à l'Alhambra de Paris, vendredi. On écoutait d'une oreille distraite... Candi Staton, ça nous disait bien quelque chose... mais quoi ? Alors, est arrivé l'extrait de l'album et là, tout est revenu d'un coup ; en trente secondes, on a compris pourquoi la dame sortait enfin de son oubli. Avec la soul music, on frôle souvent la pire variété dans la production actuelle, mais quand l'artiste parvient à plonger jusqu'aux racines du
gospel, du blues et du meilleur Rhythm and blues(R'n'B'), pour dénuder son Moi le plus profond, l'émotion est forcément au rendez-vous.
Allez, on ne va pas vous baratiner longtemps là-dessus. Allez faire un tour sur
Myspace et écoutez trois extraits du dernier CD de Candi Staton"Who’s hurting now". Elle va vous mettre sur le cul ! Elle a dans sa voix, toute une histoire, la sienne et celle de son peuple, toute une souffrance, plein de fêlures, de déchirures. C'est perceptible dans la moindre intonation et c'est superbe. D'accord le troisième morceau est fait pour la danse, d'accord c'est un slow, mais franchement, si vous n'arrivez pas à emballer sur cette musique...
PS : La chronique d'Anne Chépeau est également diffusée de dimanche à 14H.42, 17H.51,  22h21 et 23h51.
Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Musique
commenter cet article
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 10:21
Petit complément à l'article d'hier : France Inter consacre ce soir, de 21 heures à 23 heures, une émission spéciale Alain Bashung, avec une interview exclusive et surtout son concert des dernières Francofolies. Alors, comme disait, Jean-Christophe : "à vos cassettes" ou plutôt "à votre iPod" !
Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Musique
commenter cet article
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 07:23
Il y a des chanteurs, comme ça. On n'a pas forcément leurs disques, on ne les a pas toujours vus en concert... mais dès que leur voix nous parvient, dès qu'une radio condescend à les programmer, on monte le son. On aime tout de suite, d'instinct. Ou on déteste...
Nous — surtout les plus vieux — on l'adore, Alain Bashung, sans doute depuis depuis cette drôle d'histoire d'amour avec "Gaby, oh ! Gaby", vous savez bien celle qu'est "bien plus belle que Mauricette". Oui, cette musique-là était bien plus rock que celle servie à la même époque par nos laborieux — et déjà fatigués — rockers français attitrés. Et puis, la musique portait de vraies paroles.
Ensuite de "Vertige de l'amour" à "Résidents de la République", Bashung nous a régalés de tubes tous plus décalés les uns que les autres, bourrés d'humour, gorgés de poésie, emportés par la vigueur de la musique, et très politiquement incorrects... Il a même réussi l'exploit de faire aimer "Ma petite entreprise" aux pires réactionnaires croyant entendre une ode au libéralisme économique, alors qu'il leur balançait un texte assez différent... dont le contenu, à haute teneur sexuelle, ne pouvait échapper à des auditeurs plus attentifs.
Le grand mérite d'Alain Bashung est aussi d'avoir su alterner, avec un égal bonheur, des albums à succès avec d'autres d'accès nettement moins facile. Les dernières "victoires de la musique" l'avaient couvert de récompenses lors d'une cérémonie d'embaumement un peu malsaine ; il avait semblé s'en satisfaire. Tant mieux ! Pour notre part on préfère qu'il nous chante "la mer, le long, le long des golfes pas très clairs". Si vous voulez nous accompagner, allez faire une virée du côté de chez... Non, du côté de Youtube et écoutez encore et encore "
Gaby, oh ! Gaby".
Repost 0
Published by Les naufrageurs - dans Musique
commenter cet article